www.oiseaux-cote-dor.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://www.cote-dor.lpo.fr
Accueil
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Lièvre d'Europe 2017
       - 
Crapaud commun 2017
       - 
Mésange noire 2017
       - 
Grosbec casse-noyaux 2017
       - 
Sizerin cabaret 17-18
       - 
Sizerin indéterminé 17-18
       - 
Bouvreuil trompetant 17-18
       - 
Pie-grièche grise 17-18
       - 
Ecureuil roux 2017
       - 
Bouvreuil pivoine 17-18
 - 
Les galeries
Information
 - 
Toutes les news
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Qui fait quoi ?
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
Vos questions/Nos réponses
  Statistiques d'utilisation
Atlas avifaune
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Atlas communal de la faune
 - 
Atlas de la faune côte-d'orienne
Atlas oiseaux en hiver
 - 
Atlas des oiseaux en hiver
Utilisation de la base de données
 - 
Comment participer?
 - 
Code de déontologie
 - 
Code de conduite sur le terrain
 - 
Application smartphone Naturalist'
 - 
Mieux saisir
 - 
Newsletters
Documentation sur les espèces
  Documentation oiseaux
    - 
Liste des Oiseaux de la Côte-d'Or
    - 
Liste Rouge des oiseaux nicheurs menacés de Bourgogne
    - 
Quand mettre un code Atlas?
    - 
Mieux rechercher et mieux déterminer
    - 
Bibliographie
  Documentation mammifères
    - 
Que faire en 2017 ?
    - 
Bibliographie
    - 
Mieux rechercher et mieux déterminer
  Documentation amphibiens & reptiles
    - 
Quelques conseils
    - 
Newsletter spéciale serpents
  Documentation odonates
    - 
Identification des exuvies
    - 
Périodes de vol des imagos
    - 
Bibliographie
  Documentation lépidoptères
    - 
Bibliographie
  Documentation orthoptères
    - 
Bibliographie
    - 
Ecouter les chants
  Documentation ascalaphes
    - 
Identification des espèces
  Documentation cigales
    - 
Identification des espèces
Nos partenaires
 - 
Associations
 - 
Institutions
 - 
Collectivités
 - 
Autres partenaires
Les liens

Toutes les news
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 178
 
jeudi 30 novembre 2017
Oiseaux
NEWSLETTER - NOVEMBRE

Vous voulez en savoir plus sur ces Bouvreuils "trompetants" qui sont notés sur la base ? La newsletter n°57 devrait répondre à vos questions !

Document à télécharger :  novembre-8656.pdf
posté par Antoine Rougeron
 
vendredi 24 novembre 2017
Oiseaux
Tonn, l'Aigle criard de retour : ses trajets saisis dans la base

Cet aigle a survolé notre département à 7 reprises (voir carte ci-dessous) :

 > à l'automne 2017

 > au printemps 2017

 > à l'automne 2012

 > à l'automne 2011

 > au printemps 2010

 > au printemps 2009

 > à l'automne 2008

Les émissions de sa balise ont permis de rentrer 184 données et d'enrichir les inventaires de 150 communes d'une espèce de marque. Certaines communes ont été survolées plusieurs années par le rapace, la palme revenant à Vic-sous-Thil et Echalot avec 3 mentions ! Mais aucun observateur n'a encore réussi à l'apercevoir en Côte-d'Or... Il faut dire que certaines émissions ont révélé des altitudes de vol atteignant les 1500m !

Cet automne, Tonn a pris du retard sur sa migration, avec un courte incursion dans le val de Saône côte-d'orien les 25 et 26 novembre. Malgré des recherches, il n'a pas été observé, contrairement à la veille autour de Saint-Aubin (39) et au lendemain à Jully-les-Buxy (71).

Rappelons que cette espèce est exceptionnelle en France, seuls quelques individus hivernent annuellement en Camargue. Il niche dans le Nord de l'Eurasie, de la Pologne à la Chine et à des latitudes assez élevées. Sa migration le conduit normalement, selon les populations, à la Péninsule Arabique, à la Vallée du Nil ou au sud de l'Asie. Mais c'est en Espagne que Tonn a choisi d'hiverner chaque année depuis maintenant 9 ans !

posté par Antoine Rougeron
 
lundi 20 novembre 2017
Oiseaux
Afflux de Sizerins, état d'avancement

Carte recomposée à partir des visuels extraits de Faune IDF, Faune Yonne, Faune Champagne-Ardenne, Faune Alsace, Faune Lorraine, Faune Franche-Comté et Faune Côte-d'Or pour le quart Nord-Est de la France, ainsi que Faune Allemagne.

France : données de Sizerins (toutes espèces) depuis début novembre. Taille des points fixes, non liée aux effectifs.

Allemagne : données de Sizerins "flammés" (n=893) (cabaret étant minoritaire et "boréal" pas toujours renseigné) depuis début novembre. Taille des points liée aux effectifs.

Des groupes de 200, 500 et jusqu'à 700 (!!) Sizerins boréaux sont actuellement notés dans certaines villes allemandes, dans le nord du pays.

posté par Antoine Rougeron
 
lundi 13 novembre 2017
Au bouleau !

Un afflux de sizerins est noté depuis quelques jours en Europe.

En Europe du Nord et de l'Est, il concerne principalement le Sizerin flammé boréal, avec un nombre inhabituellement élevé de Sizerins blanchâtres parmi eux, notamment en Pologne (carte et photos de S. blanchâtre, carte du S. flammé boréal), en Hollande (3 ind. à Texel) et en Allemagne (des observations de S. blanchâtre rapportées sur 8 localités).

En France, pour le moment, 5 mentions de S. flammé boréal ont été obtenues : 4 dans le Nord-Pas-de-Calais et 1 au lac du Der. La capture de 3 individus au col de Bretolet, à la frontière franco-suisse, prouve une également arrivée d'oiseaux par l'arc Alpes-Jura.

Mais à ce jour, ce sont principalement des S. cabarets qui sont observés dans notre pays : déjà 52 observations en Île-de-France (effectif max : 25 ind.) et 38 en Champagne-Ardenne (effectif max : 30 ind.). L'Alsace et la Lorraine montrent également un nombre d'observations au-delà de la moyenne. En Côte-d'Or, à ce jour, 2 observations de S. cabaret et 3 contacts auditifs de Sizerin sp sont venus enrichir la base.

Mais nul doute que d'autres sizerins seront à découvrir dans les semaines à venir dans le quart Nord-Est du pays. L'occasion sera donc belle de trouver la 2ème mention côte-d'orienne du S. flammé boréal, après la 1ère datant de décembre 2014 à Selongey (voir photo)... voire la 8ème mention française du S. blanchâtre en rêvant un peu (les plus proches ne sont qu'à 250km de la frontière française) !

C'est donc le moment de se replonger dans la Newsletter n°48 traitant de la distribution géographique des sizerins et des critères permettant de les différencier.

Les bouleaux et les aulnes sont très prisés par ces petits fringilles, si vous connaissez une zone bien pourvue en ces essences (bord de cours d'eau ou de lac, parc urbain, ou en pleine forêt), il n'y a plus qu'à !

 

Sizerin cabaret à gauche (A.Rougeron) et Sizerin flammé boréal à droite (G.Schneider)

posté par Antoine Rougeron
 
samedi 11 novembre 2017
Oiseaux
RECENSEMENT NATIONAL DES DORTOIRS DE GRANDS CORMORANS EN 2017-18

Le ministère chargé de l’environnement a décidé que le recensement national des Grands cormorans aurait lieu tous les trois ans et non plus tous les deux ans comme jusqu’en 2015.

Le recensement exhaustif des dortoirs nocturnes hivernaux aura lieu en France le 15 janvier 2018 où à une date la plus proche possible, selon la même méthodologie que celle des précédents recensements :

-recensement de tous les dortoirs nocturnes connus en janvier.

-tous les comptages auront lieu en soirée ou à l'aube, en excluant les comptages de journée qui peuvent concerner de simples rassemblements diurnes dont la comptabilisation ferait doublon avec les dortoirs nocturnes. De même, il ne sera pas effectué de comptages sur les zones alimentaires de façon à limiter les erreurs d'interprétation.

Plusieurs observateurs ayant participé en 2015 sont à nouveau partants cette année. Cependant il reste certains dortoirs connus à compter et peut-être d’autres à découvrir. Si vous êtes intéressés, contacter » colettedurlet@orange.fr«

posté par Colette Durlet
 
mardi 7 novembre 2017
Oiseaux
Le SHOC : Suivi Hivernal des Oiseaux Communs

Le programme SHOC se veut simple et peu chronophage. Il est réalisable par un grand nombre d’ornithologues capables d’identifier les oiseaux à la vue. Deux comptages sont effectués en décembre et janvier de chaque hiver. Le principe de base est de réaliser un transect de 3km (10 transects d'environ 300m) dans un carré de 2x2km tiré au sort (même grille que le STOC), pouvant être demandé au plus près de chez vous.

Le but de se programme n'est pas de cartographier les espèces sur le territoire français, mais de représenter les variations temporelles (sur une base annuelle) et géographiques d’abondance relative hivernale. On peut ainsi avoir une meilleure idée des ressources utilisées, des relations entre l’abondance selon les espèces et les types d’habitat, et connaître les déplacements des populations hivernales.

 

Contact mail : shoc@mnhn.fr

Documents à télécharger :

posté par Antoine Rougeron
 
vendredi 3 novembre 2017
Oiseaux
Oiseaux : quel mode de saisie choisir ?

Quel est le mode de saisie le plus pertinent ? Les scientifiques et statisticiens d'une vingtaine de pays, dont les Etats-Unis, réunis à Namur il y a quelques mois, sont unanimes. Toutes les données sont intéressantes, quel que soit leur mode de collecte, mais les plus valorisables sont les données collectées par "listes complètes" au cours d'un pas de temps connu : c'est à dire celles issues de formulaires journaliers.

Pourquoi ? Les "listes d'espèces complètes" donnent des informations sur TOUTES LES ESPECES PRESENTES (ou du moins toutes celles détectées) mais aussi sur TOUTES LES ESPECES ABSENTES (ou non détectées).

Dans le mode de saisie "espèce après espèce", il est impossible de savoir si une absence de donnée traduit une absence effective de l'oiseau ou une absence de saisie. En outre, il y a un biais important avec ce mode de collecte de données : les espèces les plus communes et les plus répandues sont moins fréquemment notées que les espèces rares ou peu fréquentes. Ainsi, sur certains portails de saisie locaux, les données de Buses variables sont plus nombreuses que celles de Moineaux domestiques.

Dès lors, il devient difficile, voire impossible, de faire des études fiables sur la phénologie, la répartition, la détectabilité par unité de temps ou selon les habitats, de constituer des modèles prédictifs d'évolution, d'évaluer les fréquences, les densités et les effectifs.

Que faire ? Si vous avez un mode de saisie qui vous convient et répond à vos attentes, continuez à l'utiliser. Si vous souhaitez que vos observations soient plus valorisables au plan local, régional, national et européen, alors il convient de se tourner, au moins partiellement, vers la saisie par formulaires journaliers sur un pas de temps de 5 minutes au moins. Dans ce contexte, la saisie sur le terrain via NaturaList (en cliquant sur l'icone en haut à droite) devient l'outil le plus efficace car il permet :

1) un pointage précis de chaque oiseau ou groupe d'oiseaux ;

2) la réalisation d'un inventaire complet sur un site (en cochant : j'ai noté toutes les espèces). La saisie sur ordinateur demeure possible mais implique que les observations soient toutes notées sur le vif, dans un carnet, lors de votre inventaire.

« La saison de reproduction 2017 s’achève avec les derniers jeunes oiseaux qui prennent leur envol. Les milans et les martinets commencent déjà à franchir les Pyrénées en route vers l’Afrique. La période d’étude pour le protocole EPOC touche donc à sa fin.

Pour rappel, le protocole EPOC (Estimation des Populations d’Oiseaux communs) a été mis en place ce printemps afin d’estimer les tailles de population d’oiseaux communs. Cet outil, s’inspirant et complétant le STOC EPS, permet de réaliser des points d’écoute de 5 minutes n’importe où, n’importe quand, par l’intermédiaire de la saisie par formulaire ou liste complète.

En attendant une première analyse des résultats, nous vous proposons de garder le rythme et de poursuivre et d'intensifier la saisie par formulaire. La durée de 5 minutes, adaptée aux oiseaux nicheurs, peut être élargie pour maximiser la détection d’espèce devenue silencieuse.

Nous vous conseillons donc de saisir un maximum de données par formulaire complet pour des durées d’observation comprises entre 5 et 60 minutes. Ces données sont essentielles pour l’étude de la phénologie des espèces, indispensable à la mise en place de mesures de conservation adéquates.

Merci pour votre engagement et à l’année prochaine pour une nouvelle saison printanière d’EPOC »

Jérémy Dupuy
Responsable de projet "Enquêtes et atlas avifaunistiques"

Bonnes observations !

posté par Colette Durlet
 
jeudi 2 novembre 2017
Oiseaux
NEWSLETTER - OCTOBRE

Vous trouverez ci-joint la newsletter n°56 faisant le point sur les records d'effectifs établis à ce jour dans notre département.

Par exemple, le plus grand rassemblement de Foulque macroule jamais dénombré en Côte-d'Or comptait 2600 oiseaux, le 17 décembre 1999 à Marcenay.

Document à télécharger :  octobre-5537.pdf
posté par Antoine Rougeron
 
jeudi 19 octobre 2017
Oiseaux
Une 328ème espèce d'oiseau bientôt à découvrir en Côte-d'Or ?

Depuis le début du mois d'octobre, une arrivée massive de Becs-croisés perroquets est constatée dans le Nord de l'Europe : Shetlands, Danemark, Hollande (par exemple, 115 ind. comptés à travers tout le pays le 19 octobre et 86 mailles de 4x4km occupés depuis le 1er octobre), Belgique, Allemagne (plus de 40 localités).

Quid de la France ?

A ce jour, il n'existait que 4 mentions homologuées récentes (= depuis la création du CHN en 1981) de cette espèce en France. Depuis le 7 octobre, pas moins d'une dizaine de contacts possibles, probables ou certains ont déjà été établis dans le Nord-Pas-de-Calais / Picardie (5), la Normandie (1), l'Île de France (2), la Lorraine (1) et la Champagne Ardenne (1). Un seul oiseau a pu être photographié, en migration active. Les autres n'ont été qu'entendus, soupçonnés ou confirmés par sonogramme.

Recherche

Il est très vraisemblable que des Becs-croisés perroquets fréquenteront (ou fréquentent déjà) la Bourgogne dans les semaines à venir. Les données déjà enregistrées en Europe ne concernent pas que le littoral, mais aussi l'intérieur des terres. Il ne sera donc pas illusoire de partir à sa recherche dans les pinèdes, nombreuses, de notre département, l'oiseau affectionnant les cônes de pins plus que les épicéas, sapins ou autre mélèzes.

Identification

Le plumage est identique à son cousin "des sapins", mais sa taille est légèrement supérieure. Visuellement, l'identification se fera essentiellement sur le bec, bien plus gros (de sorte que le croisement est moins visible) et dont la mandibule inférieure apparaît très renflée. La tête également est plus imposante et la nuque souvent anguleuse.

Photos des BC perroquets allemands ici (renseigner le nom de l'espèce dans le champ prévu à cet effet), et des vidéos. Ici une intéressante photo comparative tête/bec de BC perroquet et BC des sapins.

Au niveau auditif, la distinction est également possible au sonogramme, ce qui sous-entend un enregistrement. A l'oreille, impossible d'être affirmatif, même si un observateur ayant une bonne expérience des cris de BC des sapins pourra peut-être "tilter" sur le terrain, sur des cris légèrement anormaux car plus secs, plus durs. Ecouter ses différents cris sur xeno canto.

Toute donnée de BC perroquet devra évidemment être documentée par des photos ou par des sons (pensez au mode "video" de votre appareil photo si les cris sont suffisamment proches) pour être validée sur la base (et probablement par le CHN).

Il y a donc du pin sur la planche.

--

Pour en savoir plus, lire l'article d'Ornithomedia.

 

                                                                             Photo: Niclas Ahlberg

posté par Antoine Rougeron
 
vendredi 29 septembre 2017
Oiseaux
NEWSLETTER - SEPTEMBRE

Vous trouverez ci-joint la newsletter n°55. Après la dernière qui faisait le point sur les dates record de précocité, celle-ci s'attarde sur les observations les plus tardives de plusieurs espèces migratrices.

Document à télécharger :  septembre-6695.pdf
posté par Antoine Rougeron
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 178

Ligue pour la Protection des Oiseaux de Côte-d'Or - cote-dor@lpo.fr - www.cote-dor.lpo.fr - 03 80 56 27 02
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017