www.oiseaux-cote-dor.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://www.cote-dor.lpo.fr
Accueil
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Grand Corbeau 2019
       - 
Geai des chênes 2019
       - 
Pigeon ramier 2019
       - 
Milan royal 2019
       - 
Grue cendrée 2019
 - 
Les galeries
Information
 - 
Toutes les news
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Qui fait quoi ?
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
Vos questions/Nos réponses
  Statistiques d'utilisation
Atlas avifaune
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Atlas communal de la faune
 - 
Atlas de la faune côte-d'orienne
Atlas oiseaux en hiver
 - 
Atlas des oiseaux en hiver
Utilisation de la base de données
 - 
Comment participer?
 - 
Code de déontologie
 - 
Code de conduite sur le terrain
 - 
Application smartphone Naturalist'
 - 
Mieux saisir
 - 
Newsletters
Documentation sur les espèces
 - 
Réglementation espèces protégées
  Documentation oiseaux
    - 
Liste des Oiseaux de la Côte-d'Or
    - 
Liste Rouge des oiseaux nicheurs menacés de Bourgogne
    - 
Quand mettre un code Atlas?
    - 
Mieux rechercher et mieux déterminer
    - 
Bibliographie
  Documentation mammifères
    - 
Bibliographie
    - 
Mieux rechercher et mieux déterminer
    - 
Saisir les données issues de pelotes de réjection
    - 
Saisir les données issues de pelotes de réjection
  Documentation amphibiens & reptiles
    - 
Quelques conseils
    - 
Newsletter spéciale serpents
  Documentation odonates
    - 
Identification des exuvies
    - 
Périodes de vol des imagos
    - 
Bibliographie
  Documentation lépidoptères
    - 
Bibliographie
  Documentation orthoptères
    - 
Bibliographie
    - 
Ecouter les chants
  Documentation ascalaphes
    - 
Identification des espèces
  Documentation cigales
    - 
Identification des espèces
Nos partenaires
 - 
Associations
 - 
Institutions
 - 
Collectivités
 - 
Autres partenaires
Les liens

Toutes les news
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 242
 
mardi 5 novembre 2019
Oiseaux
Le SHOC : Suivi Hivernal des Oiseaux Communs

Le programme SHOC se veut simple et peu chronophage. Il est réalisable par un grand nombre d’ornithologues capables d’identifier les oiseaux à la vue. Deux comptages sont effectués en décembre et janvier de chaque hiver. Le principe de base est de réaliser un transect de 3km (10 transects d'environ 300m) dans un carré de 2x2km tiré au sort (même grille que le STOC), pouvant être demandé au plus près de chez vous.

Le but de se programme n'est pas de cartographier les espèces sur le territoire français, mais de représenter les variations temporelles (sur une base annuelle) et géographiques d’abondance relative hivernale. On peut ainsi avoir une meilleure idée des ressources utilisées, des relations entre l’abondance selon les espèces et les types d’habitat, et connaître les déplacements des populations hivernales.

L'hiver dernier, 8 SHOC ont été réalisés dans le département. N'hésitez pas pas à participer !

 

Contact mail : shoc@mnhn.fr

Documents à télécharger :

Egalement un document édité par nos voisins franc-comtois pour la création pas à pas de votre transect sur la base.

posté par Antoine Rougeron
 
dimanche 3 novembre 2019
Oiseaux
Grue cendrée : près de 200 000 au Der
Grue cendrée : près de 200 000 au Der
posté par Philippe Jourde schedule vendredi 1 novembre 2019, 02:48

La Grue cendrée est actuellement en pleine période de migration. Cette carte du moment vous propose de suivre les mouvements et stationnements de l'oiseau en temps réel. Merci de contribuer au suivi de cette espèce en signalant vos propres observations sur Faune-France, sur NaturaList ou sur les bases locales partenaires.

Des informations plus détaillées encore sont délivrées au jour le jour par la LPO Champagne-Ardenne, animateur du Réseau Grues France, en lien avec tous les grands sites européens de suivi.

La LPO Champagne-Ardenne vient par ailleurs de publier le bilan du suivi de la saison passée : La Grue cendrée en France : migration et hivernage. Saison 2018-2019. On apprend dans cette remarquable synthèse que 152.332 grues ont hiverné en France durant l'hiver 2018-2019, soit plus de 38 % de la population ouest-européenne ! Le site d'Arjuzanx demeure le principal site d'hivernage en France avec 37.369 individus, mais il convient de noter la progression de la Camargue qui, avec 19.409 grues, voit l'effectif augmenter de 250 % depuis 2014 !

Pour retrouver toutes les synthèses relatives à la migration et l'hivernage de la Grue en France, cliquez << ici >>

Enfin, pour information, la LPO Champagne-Ardenne vient de publier "La Grue cendrée, emblème du lac du Der". Ce livret familial et gratuit, répond à toutes les principales questions sur les grues. Il est diffusé au au siège de la LPO et dans tous les lieux touristiques du Pays du Der .

Légende de l'image : contrairement au Héron cendré, la grue vole le cou tendu.© Philippe Jourde

posté par Colette Durlet
 
mardi 8 octobre 2019
Faune-France : lancement de la remontée des archives
Faune-France : lancement de la remontée des archives
posté par Philippe Jourde schedule mardi 8 octobre 2019, 10:41

On estime à plus de 50 millions le nombre de données d’archive qui devraient remonter vers Faune-France à partir des portails locaux (Faune-PACA, Faune-Aquitaine, Faune-Auvergne…). Le transfert se fait à compter du 26 juin 2017 en remontant progressivement dans le temps.

Afin de ne pas interférer sur la fluidité de Faune-France, l’opération s’étalera sur plusieurs semaines. Durant cette période, les statistiques ne seront pas actualisées. Un calcul global sera effectué une fois le chargement terminé.

Outre le fait de pouvoir consulter un lot d’information considérablement enrichi de près d’une décennie d’observations, la remontée d’archive permettra aux contributeurs de consulter l’ensemble de leurs données sur un portail unique.

Nous remercions l’équipe de Biolovision pour son investissement dans cette lourde tache et l’ensemble des structures associées à Faune-France pour leur implication dans ce projet fédérateur.

Légende de l'image : Comme nous tous, cette Rainette verte est attentive au bon déroulé de la remontée des archives locales vers Faune-France © Saxifraga-Rudmer Zwerver

posté par Colette Durlet
 
vendredi 4 octobre 2019
Oiseaux
Reproduction très tardive d'une Grive musicienne

Le 3 octobre, une Grive musicienne était photographiée à Spoy. Jusque là, rien d'anormal. Mais à bien y regarder, le plumage est celui d'un jeune oiseau à peine sorti du nid (sans parler des commissures jaunes) ! On distingue même de nombreuses plumes en pousse, avec leurs fourreaux. Avec 12 à 14 jours d'incubation et 17 jours au nid, on peut dater la ponte aux premiers jours de septembre.

Jusque là, la donnée d'un juvénile "frais" la plus tardive datait du 28 août de cette année, et avant cela du 25 juillet 2016. La majeure partie des "codes 13" (= jeunes en duvet ou jeunes venant de quitter le nid et incapables de soutenir le vol sur de longues distances) sont attribués entre début mai et début juillet chez cette espèce.

 

                                             Jeune Grive musicienne le 3 octobre 2019, Spoy (R.Soudagne)

posté par Antoine Rougeron
 
jeudi 19 septembre 2019
Odonates
Le Pantale Globe-trotter (Pantala flavescens) arrive en Europe, en France... et plus près encore?

Lundi 12 août, dans le Gard. Un Pantale globe-trotter est capturé, identifié et photographié. Il s'agit là de la première mention documentée pour la France métropolitaine de ce libellulidé dont les précédentes mentions, non étayées, restaient douteuses (identification et origine : arrivée en bateau ?).

Cette espèce, répandue aux quatre coins de la planète, porte bien son nom, puisqu'il s'agirait de l'insecte capable des plus grands déplacements sur Terre. 3500 km sans s'arrêter, 18 000 km au total (!!), voir ICI.

En parallèle de cette mention exceptionnelle obtenue dans le sud de la France, La Lituanie (lien facebook) a également accueilli pour la première fois notre globe-trotter, et l'Allemagne a obtenu 2 données cet été : 1 imago le 6 juillet et 1 individu fraîchement émergé le 17 août. Il n'y a donc pas lieu de penser que seul le littoral méditerranéen puisse être concerné par l'arrivée de cette espèce très nomade ; les observateurs de toute la France doivent garder la possibilité de tomber sur Pantala flavescens dans un petit coin de leur tête...

Cette espèce, contrairement à la grande majorité des odonates, ne survit pas sous l'eau à l'état larvaire durant l'hiver. Son développement larvaire, menant à l'émergence, doit donc être bouclé en quelques semaines. Les individus observés en dehors de l'aire de distribution normale au printemps / début d'été proviennent donc de contrées plus chaudes par voie migratoire. Ceux-ci vont pondre dans des petites zones humides stagnantes non végétalisées (jeunes gravières ou mares temporaires par exemple), ce qui donnera lieu à une deuxième génération plus tard dans l'été. Vous remarquerez d'ailleurs que l'individu photographié dans le Gard est tout frais ; une reproduction locale est plus que probable.

Niveau identification, rien de bien compliqué ! Notre grand voyageur fait presque la taille d'Orthetrum cancellatum que nous rencontrons si souvent.  Ses ailes sont longues et assez pointues, mais surtout l'aile postérieure est étonnanement large à la base, lui conférant une forme triangulaire. L'abdomen, légèrement rétréci au milieu, présente un dessin noir sur toute sa longueur. Le reste est jaune chez la femelle et l'immature, devenant brun roux chez le mâle adulte. Les yeux, bleus et brun-rouge, rappellent ceux de Sympetrum fonscolombii. Le bout des ailes présente des tâches enfumées. Enfin, les deux sexes présentent de longs appendices anaux.

posté par Antoine Rougeron
 
lundi 16 septembre 2019
Oiseaux
Du mouvement chez les Geais des chênes

Depuis début septembre, plusieurs observations relatant des bandes de Geais en migration arrivent sur la base. Ces mouvements, bien qu'assez exceptionnels chez cette espèce réputée si sédentaire, se dessinent cependant avec une certaine régularité : les automne 2008 et 2012 semblent avoir été marqués par de tels phénomènes.

Les effectifs dénombrés depuis une dizaine de jours en Côte-d'Or dépassent dores-et-déjà tous les records (même constat en Franche-Comté!) avec près d'un millier d'oiseaux recensés à ce jour. Les groupes observés peuvent dépasser la cinquantaine d'individus et volent souvent en direction du Nord, bien que tous les azimuts aient été notés ! D'où viennent-ils ? Mystère...

Alors, pensez à saisir avec le plus de précision possible vos observations de Geais dans les jours à venir, en détaillant dans le champ commentaire le nombre de bandes et le temps de comptage, si l'effectif renseigné est un total dénombré d'un même point (exemple 150 Geais, remarque : "50+20+35+10+10+25, de 8h à 10h, en vol Nord").

 

                                                                             Photo : Roger Soudagne

posté par Antoine Rougeron
 
lundi 12 août 2019
Oiseaux
Le Moyen-Duc n°26

Vous ne connaissez pas encore Le Moyen-Duc, équivalent du Tiercelet de nos voisins icaunais ? C'est l'occasion d'y remédier, avec la sortie du dernier numéro !

posté par Antoine Rougeron
 
jeudi 25 juillet 2019
Papillons de jour
Enquête bénévoles Maculinea alcon 2019 en Bourgogne

Les prospections Azuré de la Croisette (écotype rebeli des milieux secs) sont maintenant terminées.

La recherche de l'Azuré des Mouillères (écotype alcon des milieux humides) va pouvoir débuter à partir de la fin du mois de juillet et jusqu'à la fin du mois d'août. Le but est de prospecter les stations connues de Gentiane pneumonanthe (plante hôte de l'espèce) à la recherche des œufs et des papillons.

Si vous êtes intéressés par l'enquête n'hésitez pas à prendre connaissance du protocole (document à télécharger) et à nous contacter, des communes sont encore disponibles à la prospection.

Bonnes recherches !

 

/! IMPORTANT /!

Quentin d'Orchymont ayant quitté l'équipe pour l'îlot de Tromelin au beau milieu de l'océan Indien, le contact pour participer à cette enquête est désormais : conservation.21@lpo.fr

posté par Antoine Rougeron
 
samedi 20 juillet 2019
Listes complètes: où en est-on?
Listes complètes : où en est-on ?
posté par Philippe Jourde schedule samedi 20 juillet 2019, 03:48

La saisie par listes complètes est le mode de saisie le plus riche d'enseignement. C'est celui que recommande Faune-France, notamment si vous utilisez l'application NaturaList directement sur le terrain.

Ce mode de saisie apporte des informations décisives sur le temps de prospection, les espèces présentes et par défaut les espèces non détectées sur un site.

C'est grâce à ces listes que l'on peut faire des analyses fiables sur la phénologie des espèces (leurs variations d'abondance dans le temps), informations très utiles, notamment pour la fixation des dates de chasse ou la mise en évidence de l'impact du changement climatique sur la biologie des espèces.

C'est aussi à l'aide de ces listes que les atlas dynamiques du futur seront construits et que nous pourrons obtenir des tendances plus fiables de l'évolution des populations animales.

Alors n'hésitez plus, si vous ne saisissez pas encore par listes, tentez l'expérience. Vous y gagnerez en temps et vos contributions à Faune-France seront encore plus décisives.

Pour savoir où en est votre département dans la réalisation des listes, consultez les statistiques dédiées.

Légende de l'image : la collecte des données par listes complètes est encore très hétérogène et trop marginale en France. Nous comptons sur vous pour transformer ces cartes et de verdir la France.

posté par Colette Durlet
 
vendredi 5 juillet 2019
Aidez-nous à empêcher la chasse d’oiseaux en danger

Donnez votre avis sans plus attendre !

Tourterelle des bois (Streptopelia turtur) - Crédit photo : Aurélien AudevardTourterelle des bois (Streptopelia turtur) - Crédit photo : Aurélien Audevard

Le Ministère de la transition écologique et solidaire veut autoriser la chasse de 30 000 Tourterelle des bois, de 6 000 Courlis cendré pour la saison 2019-2020 en France métropolitaine. En revanche et heureusement il prévoit de suspendre la chasse de la Barge à queue noire mais pour un an seulement !

Pour la Tourterelle des bois et le Courlis cendré, nous vous invitons à donner un avis défavorable.

Pour la Barge à queue noire, nous vous invitons à donner un avis favorable au moratoire sur la chasse de la barge à queue noire en demandant que sa durée soit portée à trois ans, au lieu d’une seule année.

Vous trouverez pour chaque espèce le lien vers la consultation, ainsi que des éléments de compréhension et de réponse dont vous pourrez vous inspirer. Chaque témoignage doit être personnel. La consultation se termine le 25 juillet.

Merci pour votre mobilisation !


En mars 2019, le ministère se félicitait de la création d'un Comité d'experts sur la gestion adaptative (CEGA) qui devait examiner les possibilités de prélèvements de la Tourterelle des bois, du Courlis cendré et de la Barge à queue noire en fonction de l’état de conservation de ces populations. Après examen de l’ensemble des éléments, le CEGA a rendu ses avis sur les trois espèces. Peu soucieux des éléments scientifiques justifiant l’arrêt de la chasse à la Tourterelle des bois et du Courlis cendré le ministère n’a suivi aucun des avis de ce groupe d’experts. Le ministère ne fait que répondre à « la commande de la Fédération nationale des chasseurs » qui avait soutenu Macron aux élections européennes de mai dernier.

Pour la Tourterelle des bois

En raison du déclin prononcé de sa population (-80% despuis 1980 en Europe, -48% depuis 2001 en France), l’espèce est classée dans la catégorie « Vulnérable » de la liste des espèces menacées de disparition de l’UICN. Le plan d’action international de l’espèce 2018-2028, démontre clairement que les prélèvements sur l’Ouest de l’Europe sont non soutenables pour la population qui doit, en plus de la destruction/dégradation de son habitat (bocage…), supporter un prélèvement de près d’1,1 million d’individus en Espagne, France, Portugal et Italie. Le CEGA a, compte tenu des paramètres démographiques de la population, préconisé dans son avis au ministère la mise en place d’un moratoire temporaire des prélèvements de cette espèce (suspension de sa chasse).

C’est donc un quota ZERO et non 30 000 oiseaux qu’il faut instaurer pour tenter de sauver l’espèce et le projet d’arrêté soumis à consultation ignore totalement l’avertissement/l’exhortation du comité d’experts.

Dites non au projet d’arrêté autorisant la chasse de 30 000 Tourterelles des bois et exiger la suspension totale de sa chasse (quota= 0).

Le Courlis cendré

En raison du déclin prononcé de sa population (-43% depuis 1980 en Europe, -68% depuis 2001 en France), l’espèce est aussi classée dans la catégorie « Vulnérable » de la liste des espèces menacées de disparition de l’UICN en Europe. Le plan d’action international pour la conservation de la population européenne de Courlis cendré demande à la France depuis 2015 de mettre en place une gestion adaptative des prélèvements de cette espèce menacée. A défaut, le plan international recommande à la France d’appliquer un moratoire total sur la chasse du Courlis cendré. Le comité d'experts,  dans son avis, préconise un arrêt de la chasse de cette espèce menacée d’autant que qu’il n’y aucune donnée qui permette d’apprécier l’origine et l’âge des individus prélevés, ains que sur les tableaux de prélèvements annuels du courlis (obligatoires pour tous les limicoles chassés sur le domaine public maritime). Les chasseurs ont refusé de faire remonter les informations depuis 2015 sur les données indispensables à l’étude de la soutenabilité des prélèvements sur la population. Le gouvernement leur donne cette année encore raison. Le Courlis cendré est un limicole très sensible à la chasse (espèce longévive à maturité sexuelle tardive et faible fécondité). La France est ainsi le dernier pays d’Europe a encore chasser cette espèce. Les efforts des pays européens d’où sont originaires une partie de nos hivernants (Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas, Scandinavie et Pologne) pour tenter de redresser le succès reproducteur de leurs populations, altéré par la destruction/dégradation de leurs habitats, ne peuvent être ainsi piétinés : l’espèce se porte mal en Europe, nous ne pouvons continuer de chasser le Courlis cendré !

C’est donc un quota ZERO et non 6 000 oiseaux qu’il faut instaurer pour ne pas nuire à la conservation de l’espèce et le projet d’arrêté soumis à consultation ignore totalement  les recommandations du comité d’experts.

Dites non au projet d'arrêté autorisant la chasse de 6 000 Courlis cendrés et exiger la suspension totale de sa chasse (quota= 0) sur tout le territoire.

La Barge à queue noire

En raison du déclin prononcé de la sous-espèce continentale de Barge à queue noire (Limosa limosa limosa), l’ensemble des pays de la voie de migration se sont engagés dans le plan international d’action de l'AEWA, reconduit en décembre 2018 pour une période de 10 ans, à ne plus ni chasser la sous-espèce continentale, ni la sous-espèce islandaise (L. l. islandica) de Barge à queue noire. Le Comité d’expert, dans son avis, donne une possibilité aux chasseurs de prélever 300 individus de la sous-espèce islandaise en limitant la période d’ouverture de la chasse à novembre décembre pour minimiser le risque de prélever des individus de la sous-espèce continentale. Le ministère, selon ses obligations internationales, a préféré renouveler d’un an le moratoire sur la chasse de l’espèce juste pour avoir le temps de renégocier son engagement à l’international. Ceci n’est pas assez : le moratoire doit être reconduit sur une durée minimale de 3 ans. Les dernières saisons de reproduction de la Barge à queue noire en Islande ne sont pas rassurantes pour la population qui pourrait suivre le déclin de la population continentale. Les pressions et menaces que connaissent les limicoles prairiaux en Europe commencent à sévir également en Islande. Cette population qui a fortement progressé en profitant du changement climatique ne semble plus dans la même dynamique.

C’est donc un quota ZERO sur 3 ans (et non 1 an) qu’il faut instaurer pour ne pas nuire à la conservation de l’espèce.

Dites « OUI MAIS 3 ANS » au projet d’arrêté suspendant la chasse de la Barge à queue noire pour une seule année.

posté par Colette Durlet
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 242

Ligue pour la Protection des Oiseaux de Côte-d'Or et Saône-et-Loire - accueil21-71@lpo.fr - www.cote-dor.lpo.fr - 03 80 56 27 02
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2019