www.oiseaux-cote-dor.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://www.cote-dor.lpo.fr
Accueil
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Grand Corbeau 2019
       - 
Castor d'Eurasie 17-19
       - 
Pie-grièche écorcheur 2019
       - 
Azuré des mouillères 2019
       - 
Azuré de la croisette 2019
       - 
Oxycordulie à corps fin 2019
       - 
Lézard des souches 17-19
       - 
Lézard à deux raies (L. vert occidental) 17-19
       - 
Ascalaphe soufré 17-19
       - 
Cigale rouge 2019
       - 
Argus (Azuré) bleu céleste 2019
       - 
Bleu-nacré (Argus bleu-nacré) 2019
       - 
Conocéphale des roseaux 2019
       - 
Grande Sauterelle verte 2019
       - 
Agrion de Mercure 17-19
 - 
Les galeries
Information
 - 
Toutes les news
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Qui fait quoi ?
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
Vos questions/Nos réponses
  Statistiques d'utilisation
Atlas avifaune
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Atlas communal de la faune
 - 
Atlas de la faune côte-d'orienne
Atlas oiseaux en hiver
 - 
Atlas des oiseaux en hiver
Utilisation de la base de données
 - 
Comment participer?
 - 
Code de déontologie
 - 
Code de conduite sur le terrain
 - 
Application smartphone Naturalist'
 - 
Mieux saisir
 - 
Newsletters
Documentation sur les espèces
 - 
Réglementation espèces protégées
  Documentation oiseaux
    - 
Liste des Oiseaux de la Côte-d'Or
    - 
Liste Rouge des oiseaux nicheurs menacés de Bourgogne
    - 
Quand mettre un code Atlas?
    - 
Mieux rechercher et mieux déterminer
    - 
Bibliographie
  Documentation mammifères
    - 
Bibliographie
    - 
Mieux rechercher et mieux déterminer
    - 
Saisir les données issues de pelotes de réjection
    - 
Saisir les données issues de pelotes de réjection
  Documentation amphibiens & reptiles
    - 
Quelques conseils
    - 
Newsletter spéciale serpents
  Documentation odonates
    - 
Identification des exuvies
    - 
Périodes de vol des imagos
    - 
Bibliographie
  Documentation lépidoptères
    - 
Bibliographie
  Documentation orthoptères
    - 
Bibliographie
    - 
Ecouter les chants
  Documentation ascalaphes
    - 
Identification des espèces
  Documentation cigales
    - 
Identification des espèces
Nos partenaires
 - 
Associations
 - 
Institutions
 - 
Collectivités
 - 
Autres partenaires
Les liens

Toutes les news
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 233
 
vendredi 5 juillet 2019
Aidez-nous à empêcher la chasse d’oiseaux en danger

Donnez votre avis sans plus attendre !

Tourterelle des bois (Streptopelia turtur) - Crédit photo : Aurélien AudevardTourterelle des bois (Streptopelia turtur) - Crédit photo : Aurélien Audevard

Le Ministère de la transition écologique et solidaire veut autoriser la chasse de 30 000 Tourterelle des bois, de 6 000 Courlis cendré pour la saison 2019-2020 en France métropolitaine. En revanche et heureusement il prévoit de suspendre la chasse de la Barge à queue noire mais pour un an seulement !

Pour la Tourterelle des bois et le Courlis cendré, nous vous invitons à donner un avis défavorable.

Pour la Barge à queue noire, nous vous invitons à donner un avis favorable au moratoire sur la chasse de la barge à queue noire en demandant que sa durée soit portée à trois ans, au lieu d’une seule année.

Vous trouverez pour chaque espèce le lien vers la consultation, ainsi que des éléments de compréhension et de réponse dont vous pourrez vous inspirer. Chaque témoignage doit être personnel. La consultation se termine le 25 juillet.

Merci pour votre mobilisation !


En mars 2019, le ministère se félicitait de la création d'un Comité d'experts sur la gestion adaptative (CEGA) qui devait examiner les possibilités de prélèvements de la Tourterelle des bois, du Courlis cendré et de la Barge à queue noire en fonction de l’état de conservation de ces populations. Après examen de l’ensemble des éléments, le CEGA a rendu ses avis sur les trois espèces. Peu soucieux des éléments scientifiques justifiant l’arrêt de la chasse à la Tourterelle des bois et du Courlis cendré le ministère n’a suivi aucun des avis de ce groupe d’experts. Le ministère ne fait que répondre à « la commande de la Fédération nationale des chasseurs » qui avait soutenu Macron aux élections européennes de mai dernier.

Pour la Tourterelle des bois

En raison du déclin prononcé de sa population (-80% despuis 1980 en Europe, -48% depuis 2001 en France), l’espèce est classée dans la catégorie « Vulnérable » de la liste des espèces menacées de disparition de l’UICN. Le plan d’action international de l’espèce 2018-2028, démontre clairement que les prélèvements sur l’Ouest de l’Europe sont non soutenables pour la population qui doit, en plus de la destruction/dégradation de son habitat (bocage…), supporter un prélèvement de près d’1,1 million d’individus en Espagne, France, Portugal et Italie. Le CEGA a, compte tenu des paramètres démographiques de la population, préconisé dans son avis au ministère la mise en place d’un moratoire temporaire des prélèvements de cette espèce (suspension de sa chasse).

C’est donc un quota ZERO et non 30 000 oiseaux qu’il faut instaurer pour tenter de sauver l’espèce et le projet d’arrêté soumis à consultation ignore totalement l’avertissement/l’exhortation du comité d’experts.

Dites non au projet d’arrêté autorisant la chasse de 30 000 Tourterelles des bois et exiger la suspension totale de sa chasse (quota= 0).

Le Courlis cendré

En raison du déclin prononcé de sa population (-43% depuis 1980 en Europe, -68% depuis 2001 en France), l’espèce est aussi classée dans la catégorie « Vulnérable » de la liste des espèces menacées de disparition de l’UICN en Europe. Le plan d’action international pour la conservation de la population européenne de Courlis cendré demande à la France depuis 2015 de mettre en place une gestion adaptative des prélèvements de cette espèce menacée. A défaut, le plan international recommande à la France d’appliquer un moratoire total sur la chasse du Courlis cendré. Le comité d'experts,  dans son avis, préconise un arrêt de la chasse de cette espèce menacée d’autant que qu’il n’y aucune donnée qui permette d’apprécier l’origine et l’âge des individus prélevés, ains que sur les tableaux de prélèvements annuels du courlis (obligatoires pour tous les limicoles chassés sur le domaine public maritime). Les chasseurs ont refusé de faire remonter les informations depuis 2015 sur les données indispensables à l’étude de la soutenabilité des prélèvements sur la population. Le gouvernement leur donne cette année encore raison. Le Courlis cendré est un limicole très sensible à la chasse (espèce longévive à maturité sexuelle tardive et faible fécondité). La France est ainsi le dernier pays d’Europe a encore chasser cette espèce. Les efforts des pays européens d’où sont originaires une partie de nos hivernants (Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas, Scandinavie et Pologne) pour tenter de redresser le succès reproducteur de leurs populations, altéré par la destruction/dégradation de leurs habitats, ne peuvent être ainsi piétinés : l’espèce se porte mal en Europe, nous ne pouvons continuer de chasser le Courlis cendré !

C’est donc un quota ZERO et non 6 000 oiseaux qu’il faut instaurer pour ne pas nuire à la conservation de l’espèce et le projet d’arrêté soumis à consultation ignore totalement  les recommandations du comité d’experts.

Dites non au projet d'arrêté autorisant la chasse de 6 000 Courlis cendrés et exiger la suspension totale de sa chasse (quota= 0) sur tout le territoire.

La Barge à queue noire

En raison du déclin prononcé de la sous-espèce continentale de Barge à queue noire (Limosa limosa limosa), l’ensemble des pays de la voie de migration se sont engagés dans le plan international d’action de l'AEWA, reconduit en décembre 2018 pour une période de 10 ans, à ne plus ni chasser la sous-espèce continentale, ni la sous-espèce islandaise (L. l. islandica) de Barge à queue noire. Le Comité d’expert, dans son avis, donne une possibilité aux chasseurs de prélever 300 individus de la sous-espèce islandaise en limitant la période d’ouverture de la chasse à novembre décembre pour minimiser le risque de prélever des individus de la sous-espèce continentale. Le ministère, selon ses obligations internationales, a préféré renouveler d’un an le moratoire sur la chasse de l’espèce juste pour avoir le temps de renégocier son engagement à l’international. Ceci n’est pas assez : le moratoire doit être reconduit sur une durée minimale de 3 ans. Les dernières saisons de reproduction de la Barge à queue noire en Islande ne sont pas rassurantes pour la population qui pourrait suivre le déclin de la population continentale. Les pressions et menaces que connaissent les limicoles prairiaux en Europe commencent à sévir également en Islande. Cette population qui a fortement progressé en profitant du changement climatique ne semble plus dans la même dynamique.

C’est donc un quota ZERO sur 3 ans (et non 1 an) qu’il faut instaurer pour ne pas nuire à la conservation de l’espèce.

Dites « OUI MAIS 3 ANS » au projet d’arrêté suspendant la chasse de la Barge à queue noire pour une seule année.

posté par Colette Durlet
 
vendredi 5 juillet 2019
Hécatombe de mésanges en Belgique !
Hécatombe de mésanges en Belgique !
posté par Philippe Jourde schedule vendredi 5 juillet 2019, 09:32
 

Entre le 15 mars et le 15 juin, les observateurs de Belgique flamande ont contribué à un suivi de la reproduction des mésanges. Durant cette période, 4 516 mésanges ont été retrouvées mortes dans les nichoirs.

Les causes de cette mortalité, souvent soudaine, seront définitivement déterminées en septembre, mais il est fort probable que les traitements de lutte chimique contre la Pyrale du buis, un petit papillon exotique qui décime les buis sauvages et ornementaux, soient directement impliqués.

Des études menées aux Pays-Bas en 2017, portant sur dix cadavres ont permis de trouver des traces de 14 types de pesticides, dont le DDT, interdit depuis les années 1970 !

Pour information, il est possible de lutter contre les pyrales à l'aide de bacilles, non toxiques pour les oiseaux.

posté par Colette Durlet
 
vendredi 28 juin 2019
Réglementation espèces protégées

La capture de certaines espèces est interdite. Vous trouverez sur le document ci-dessous des informations à ce sujet.

Belles observations naturalistes à tous !

Document à télécharger :  Reglementation_especes_protegees-9838.pdf
posté par Joseph Abel
 
jeudi 20 juin 2019
Papillons de jour
Enquête 2019 sur l'Azuré de la Croisette / des Mouillères (Maculinea alcon)

Pour en savoir plus sur le protocole, téléchargez le document joint (photo ©S.Desbrosses).

Document à télécharger :  Enquete_papillon-1844.pdf
posté par Simon-Pierre Babski (lpo)
 
mercredi 19 juin 2019
Un million de données naturalistes !

La base de données de la LPO Côte-d'Or et Saône-et-Loire est désormais riche de plus d'un million de données naturalistes. Autant de données qui nous permettent chaque jour de protéger un peu plus la nature qui nous entoure !

posté par Simon-Pierre Babski (lpo)
 
lundi 27 mai 2019
Oiseaux
Un Vautour moine a survolé l'ouest du département

De nouveau, un oiseau suivi par satellite a survolé notre territoire ! Les détails du voyage de ce Vautour moine espagnol, désormais rendu en Suède (!!) sont à découvrir ICI.

9 communes de la Côte-d'Or comptent désormais l'espèce dans leur inventaire ornithologique.

posté par Antoine Rougeron
 
jeudi 23 mai 2019
Oiseaux
Week-end national de comptage des oiseaux des jardins 25 et 26 mai
Week-end national de Comptage des Oiseaux des jardins : 25 et 26 mai 2019
posté par Philippe Jourde schedule lundi 20 mai 2019, 12:28

Comment inventorier les oiseaux de son jardin ?

Pour prendre part à l’opération , il suffit de choisir un lieu de comptage et d’y compter les oiseaux durant 1h, puis de transmettre vos observations directement sur le site internet du programme : www.oiseauxdesjardins.fr.

Comment faire ?

  • Choisir un jour de comptage, soit le samedi 25, soit le dimanche 26.
  • Trouver le lieu ! Idéalement un jardin, public ou privé, pas d’importance ! Il vous est aussi possible de participer si vous ne possédez qu’un balcon ou une cour.
  • Observer et noter durant 1h tous les oiseaux qui visitent votre jardin. Le créneau horaire d'observation est libre, à vous de le choisir. Pour chaque espèce, ne dénombrez que l'effectif maximum d’oiseaux observé simultanément (par ex : j'ai vu 3 mésanges à la fois dans mon jardin).
  • Saisir vos observations sur le site de l'Observatoire (ou votre portail habituel de saisie si vous êtes déjà une contributeur à ce suivi). Si vous n'êtes pas encore inscrits, cela ne vous prendra que quelques petites minutes !
  • Attention, il ne faut noter que les espèces dont vous êtes absolument sûrs de l'identification. En cas de doute, s'abstenir.

Tout le monde peut prendre part au comptage ! Pas besoin de matériel particulier : un papier, un crayon et un accès internet suffisent.

Pour plus d’informations :

Si vous avez un problème relatif à l’utilisation du site, n’hésitez pas à consulter la FAQ ou le Guide détaillé d’aide à l’inscription et à la saisie de données, qui vous accompagnera pas à pas dans la résolution de vos problèmes.

Si besoin, l’équipe de l’Observatoire est à la disposition des participants pour les aider à identifier un oiseau inconnu. Il suffit d’envoyer une photo de « l’oiseau non identifié » à cette adresse : oiseauxdesjardins@lpo.fr. Pour toute autre demande, vous pouvez également utiliser cette adresse pour contacter l’équipe de l’Observatoire.

Pour information, lors du dernier comptage de ce genre qui s’est tenu en janvier 2019, ce sont plus de 10 600 jardins qui se sont mobilisés (tous les détails département par département ici : Bilan du comptage de janvier 2019). Record à battre !

Opération réalisée par la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle dans le cadre des programmes VigieNature avec le soutien de Cemex, Blue Green, Cidou Bio, Ceetrus et Crédit Mutuel.

Plus d’infos sur le site de l’Observatoire : www.oiseauxdesjardins.fr

posté par Colette Durlet
 
jeudi 9 mai 2019
Oiseaux
Pie-grièche écorcheur : un retard exceptionnel ?

Les Pies-grièches écorcheurs ne sont pas en avance cette année, c'est un fait. Au 8 mai, seulement 6 individus ont été notés en Côte-d'Or et la situation est semblable dans les régions voisines. L'an dernier à la même date, 121 oiseaux avaient déjà été observés dans le département, soit 20 fois plus !

En regardant d'un peu plus près les données 1er janvier - 8 mai sur la décennie passée, il apparaît au final que les années à arrivées tardives sont assez récurrentes (voir graphique) avec une moyenne de 36 oiseaux mais un écart type de 41. On ne peut pas dire que les dates de retour de ce migrateur trans-saharien soient très régulières dans le temps. 2011 a même fait pire avec 4 données mais une pression d'observation également plus faible qu'aujourd'hui.

Si on prend la moyenne des 3 données les plus précoces de chaque printemps depuis 2009, l'espèce arrive en moyenne au 115ème jour de l'année, c'est à dire le 25 avril. Cette année, la première ne fût notée que le 1er mai.

Enfin, notons que le record est établi au 18 avril : en 2012 à Fontaines-en-Duesmois (C.Lanaud) et en 2018 à St-Symphorien-sur-Saône (A.Dupré).

 

                           Nombre d'observations de Pie-grièche écorcheur durant la période 1er janvier - 8 mai depuis 2009

posté par Antoine Rougeron
 
mardi 23 avril 2019
Oiseaux
Newsletter n°67 : nouveaux records de précocité !

Document à télécharger ci-dessous.

Document à télécharger :  avril-3482.pdf
posté par Antoine Rougeron
 
mercredi 17 avril 2019
Ajout d'une observation à une liste

Lorsque l'on a oublié une ou plusieurs observations à une liste complète, il est possible de l'ajouter plus tard.


Pour cela, cliquer sur le petit téléphone situé à droite d'une de vos donnée de la liste, s'affichent alors différentes propositions dont "ajouter une observation à la liste".

Il suffit alors de se laisser guider

posté par Colette Durlet
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 233

Ligue pour la Protection des Oiseaux de Côte-d'Or et Saône-et-Loire - accueil21-71@lpo.fr - www.cote-dor.lpo.fr - 03 80 56 27 02
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2019